Archives de Catégorie: Loisirs (sport et tourisme)

logement : Le site des bobos globetrotteurs

Echanger votre appartement avec quelqu’un à l’autre bout du monde ? Il est encore temps pour cet été. Et sinon, pensez-y pour l’année prochaine !

Association Grand Paris

Le Monde

« Pour cause de départ en vacances, loue charmant deux-pièces (dans l’immeuble), vue sur les toits de Paris, me contacter. » A une époque qui semble ancestrale, le voisin du dernier étage collait une petite annonce à côté des boîtes aux lettres, histoire de partir l’esprit plus libre, et les poches plus pleines. Mais le « charmant deux-pièces » restait vide… Depuis, comme 10 626 Parisiens en un an, le voisin du dernier a rencontré Air Bnb. Et les vacances annoncent l’arrivée dans l’immeuble de voyageurs de toutes nationalités. Sur ce site Internet né aux Etats-Unis en 2008, des particuliers du monde entier mettent en location leur appartement pour une nuit, une semaine, un mois ou plus. On les appelle les « hôtes ». Face à eux, des « voyageurs » cherchent à occuper leurs murs pendant leur absence. Entre les deux, Air Bnb joue les intermédiaires.

Si le site californien n’est pas le seul sur…

View original post 1 331 mots de plus

Le tourisme équitable et solidaire

Au programme de ce diner – débat :

– Qu’est ce que le tourisme solidaire ?

LE TOURISME SOLIDAIRE regroupe les formes de tourisme « alternatif » qui mettent au centre du voyage l’homme et la rencontre et qui s’inscrivent dans une logique de développement des territoires.

L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une répartition plus équitable des ressources générées sont les fondements de ces types de tourisme.

Il a pour finalité d’amener le touriste à une forme de solidarité concrète avec les populations visitées. Il peut prendre plusieurs aspects, comme par exemple, le soutien à un projet de développement, et s’inscrit dans la durée, garante de l’accomplissement et de la pérennité des actions de solidarité.

S‘inscrivant à la fois dans une perspective « responsable » et « équitable », mais plus directement associé à des projets de solidarité : soit que le voyagiste soutienne des actions de développement, soit qu’une partie du prix du voyage serve au financement d’un projet de réhabilitation ou d’un projet social.

Il insiste particulièrement sur :

– La sensibilisation des voyageurs et la préparation au voyage,

– Les possibilités de contact avec la population locale : rencontres, activités culturelles, logement chez l’habitant.

– Les problématiques environnementales : sensibilisation et responsabilisation des voyageurs, gestion des déchets, gestion des ressources.

– L’implication dans un ou plusieurs projets de développement local déterminés par la population d’accueil

– Les retombées économiques locales

Mais c’est une solution encore onéreuse : Le tourisme solidaire s’adresse à des voyageurs habitués à partir en groupe et en « voyage organisé ». Il est donc, malheureusement, loin d’être accessible à tous les budgets.

– Qu’est ce que le tourisme responsable ?

LE TOURISME EQUITABLE s’inspire des principes du commerce équitable. Il insiste plus particulièrement sur la participation des communautés d’accueil, sur les prises de décisions démocratiques, sur des modes de production respectueux de l’environnement et sur une juste rémunération des prestations locales.

Le tourisme équitable est un ensemble d’activités de services, proposé par des opérateurs touristiques à des voyageurs responsables, et élaboré par les communautés d’accueil, autochtones (ou tout au moins en grande partie avec elles).

Ces communautés participent de façon prépondérante à l’évolution de la définition de ces activités touristiques (possibilité de les modifier, de les réorienter, de les arrêter). Elles participent aussi à leur gestion continue de façon significative (en limitant au maximum les intermédiaires n’adhérant pas à ces principes du tourisme équitable). Les bénéfices sociaux, culturels et financiers de ces activités doivent être perçus en grande partie localement, et équitablement partagés entre les membres de la population autochtone.

Les associations qui se définissent de tourisme équitable sont censées se soumettre au contrôle des règles applicables au  commerce équitable. Trois associations relèvent aujourd’hui de cette approche : Croq’nature, Tourisme et développement solidaire et La Route des sens.

Pour en savoir plus, consulter sur notre site les liens de la rubrique « Voyager Autrement »…