Archives de Catégorie: Jardinage

Du 10 au 12 avril, enjardinez-vous dans le 11e !

Notre association est partie prenante des journées « Enjardinez-vous ! » organisées les 10, 11 et 12 avril par la mairie du 11e. Loïc animera en effet le troc de plantes. Une bonne idée pour fêter le printemps et se remettre au jardinage !

CBHtQtNUIAADzJR.jpg-large

Fleurir un pied d’arbre près de chez vous ? C’est possible !

medium_DSCN0828

Un pied d’arbre en ville, c’est un petit coin de nature (un peu plus de 3 mètres carré, pour être précis !). Alors ce serait vraiment dommage de les laisser à l’abandon, jonchés de déchets ou de déjections canines (même si on adore les toutous…).

Alors pourquoi ne pas les fleurir et les entretenir entre voisins de quartier ? C’est possible !  La Mairie de Paris autorise les associations  à fleurir les pieds de certains arbres dans certaines rues parisiennes « définies en concertation avec les services municipaux compétents (Direction des espaces verts et de l’environnement – Service de l’arbre et des bois). La possibilité de fleurissement est étudiée par ces services en fonction des conditions locales (largeur du trottoir, présence de grilles…) et des essences plantées.

Les fleurissements peuvent être, en principe, réalisés au pied :
– des arbres ayant plus de trois années de plantation (jusqu’à trois ans, une cuvette est constituée au pied afin de favoriser l’imprégnation des racines lors des arrosages)
– des essences non sensibles aux pourritures de racines (le tapis végétal maintient une humidité résiduelle propice au développement)
– des essences dont l’enracinement est suffisamment profond (afin d’éviter la coupure de racines lors des opérations de bêchage du terrain et d’entretien horticole )

Les essences ne pouvant, pour ces raisons, se prêter au fleurissement sont, notamment, celles trop sensibles aux pourritures de racines, telles Marronnier, Catalpa, Paulownia. Pour les essences à enracinement superficiel (Ailante, Aulne, Frêne, Mûrier, Peuplier, Ptérocarya, Robinier, Saule, Sophora) une étude est menée au cas par cas. » *

Si cela vous intéresse, contactez-nous ! Nous vous aiderons à faire les démarches nécessaires, et vous fournirons gratuitement conseils et signalétique (obligatoire). Et vous pourrez fleurir votre pied d’arbre au nom de l’association Greenwatchers, ce qui vous évitera d’avoir à créer votre propre association !

* Source : Mairie de Paris

Un papillon, deux papillons, trois papillons…

Non, il ne s’agit pas d’un nouveau truc pour s’endormir. Au contraire, réveillez-vous et participez à l’Observatoire des Papillons de Jardin ! Késako, me direz-vous ? Eh bien, il s’agit d’un réseau de surveillance mis en place par Noé Conservation, la fondation Hulot, et le Muséum d’Histoire Naturelle.

Pourquoi compter les papillons ? Parce que la présence et la diversité des papillons sont d’excellents indicateurs de la qualité de notre environnement. En plus, c’est quand même plus sympa de compter des papillons que des guèpes ou des frelons, non ?

Alors comment faire ? C’est trés simple : il suffit de vous rendre sur le site de Noé Conservation pour y trouver un mode d’emploi détaillé. Vous verrez, cela n’est pas très contraignant, évidemment totalement gratuit (non, vous ne serez pas payé au papillon ! non mais !), et plutôt sympa, non ?

Pierre Japhet