La voiture électrique, ou l’arbre qui cache la forêt…

C’est la vedette du Mondial de l’Automobile cette année : la voiture 100% électrique. Peu importe son autonomie limitée, son coût prohibitif. Pourquoi cet engouement ? Peut-être parce que la voiture électrique, ce serait l’écologie souriante, le mariage impossible entre société de consommation et développement durable ? Malheureusement, ce n’est pas si simple…car le rêve de la voiture électrique risque de se fracasser contre deux réalités :

1) La production d’électricité, indispensable pour faire rouler ces petits engins, est elle-même polluante, surtout dans les pays où elle est produite à base de charbon, c’est à dire presque tous en dehors de la France…sans parler de la fabrication des engins eux-mêmes. Au final, le taux d’émission de CO2 au kilomètre serait d’une centaine de grammes, c’est à dire plus que la dernière Toyota Prius, qui n’est « que » hybride…

2) Ces véhicules ont besoin de batteries performantes, au lithium. Et, comme la demande en véhicules explose dans les pays émergents, il va falloir beaucoup, mais beaucoup de lithium. Or les réserves de lithium ne sont pas inépuisables, et leur exploitation pose également des problèmes écologiques.

La solution, ce n’est donc pas de changer le moteur, mais de changer nos comportements. La voiture de demain, électrique ou non, devra occuper une place bien différente de celle d’aujourd’hui dans les villes et les campagnes : en clair, elle sera partagée entre plusieurs utilisateurs et connectée à des réseaux de transport en commun qui assureront les liaisons grandes distances.

Mais c’est surtout dans nos têtes que la voiture doit changer de place ! Aujourd’hui elle est devenue selon les cas un symbole de réussite sociale, un défouloir, un instrument de violence ou la compensation d’une vie médiocre. Et parfois, un moyen de transport…

La voiture est un formidable symbole de la difficulté à adopter un modèle de développement durable, car elle cristallise toutes les contradictions entre :

– les limites physiques de la planète, et nos réels besoins de mobilité, d’une part,

– une société de consommation qui encourage l’individualisme, le consumérisme, et flatte notre égo d’autre part…et dont la voiture électrique est le dernier avatar…

Oui, la voiture de demain sera électrique. Mais elle sera surtout utilitaire et rare. Et ce sera çà, la vraie révolution !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s